UN TOUR
DU MONDE

Un tour du monde à vol d’oiseaux

ESCALE EN OCEANIE

Le voyage en Océanie se fait à travers 2 sites du Parc : La volière des Loris et le Bush australien. Ce dernier, récemment scénarisé, propose une excursion à travers des paysages typiques de l’île continent : village aborigène, terre rouge, enrochement, eucalyptus graminées… à la rencontre des Emeus, Cygnes noirs, Kangourous, Wallabies, pélicans à lunettes mais aussi du casoar à casque considéré comme l’oiseau le plus dangereux du monde ! Au-delà d’une déambulation au travers de la faune et des paysages empruntés au légendaire Bush Australien, cette escale offre un voyage à travers le temps dans lequel sont abordés les thèmes de l’Evolution et de l’Endémisme ainsi que l’influence des civilisations sur la biodiversité.
Non loin du Bush Australien, on retrouve la volière des Loris : ces Loriquets arc-en -ciel, très présents en Océanie, sont en contact direct avec les visiteurs pouvant leur offrir du nectar, nourriture favorite des petits perroquets multicolores !

ESCALE EN AMERIQUE DU SUD

Ce continent apparaît à plusieurs emplacements de votre circuit. En pénétrant dans la volière de contact du Pantanal, le décor végétal s’impose immédiatement par sa luxuriance : palmiers, massifs de bambous et arbres élevés servent d’écrin à une communauté colorée parmi laquelle le rose des spatules et le rouge des ibis sont les éléments-phares. Un espace intérieur dédié aux toucans met à l’honneur ces oiseaux au bec proéminent, étonnamment léger en réalité. Plus loin sur le parcours, la Crique des Manchots reconstitue les paysages de la côte chilienne avec un décor de pierres de lave, plantes sud-américaines et bassin d’eau salée : le dépaysement est assuré pour observer la bipédie de la marche et les évolutions aquatiques de ces oiseaux dont les ailes se sont transformées en nageoires. A la Maison des Colibris, les formidables adaptations évolutives des « oiseaux-mouches » sont une autre étape appréciée de nos visiteurs.

ESCALE EN EUROPE

La volière de la Vallée des Rapaces est suffisamment ample pour que nos milans y effectuent des évolutions aériennes au-dessus de vos têtes. Mais les maîtres des lieux sont ici les vautours (fauves, moines, percnoptères), maillons essentiel du cycle de la matière qu’ils contribuent à recycler dans la nature en consommant les carcasses animales, faisant ainsi obstacle à la propagation de maladies. Un groupe d’ibis chauves se partage le même espace de présentation : derrière la physionomie quelque peu ingrate de cet échassier, se cache l’une des espèces d’oiseaux les plus menacées de la Terre. Elle nichait dans les Alpes il y a 400 ans et un programme scientifique cherche à l’y réhabiliter. Les oiseaux de proie officiant la nuit (chouettes, hiboux) figurent dans les deux annexes de la Vallée des Rapaces. C’est après avoir traversé notre colonie sauvage de cigognes que vous rejoindrez la volière dédiée au gypaète barbu. Ce grand vautour spécialisé dans la consommation d’os bénéficie d’un programme de réintroduction sur tout l’arc alpin d’où il avait disparu.

ESCALE DANS LA JUNGLE TROPICALE

L’une des plus grandes volières du Parc permet une immersion complète dans les terres tropicales grâce à un concept scénographique ambitieux et innovant impliquant, sur plus de 1 200m², les éléments essentiels et influents de cet environnement : l’eau, le végétal, le minéral…

Vous découvrez les nombreuses espèces de ces forêts tropicales : calaos, gouras, faisans, podarges, Tantales ibis ou encore martins qui cohabitent avec deux espèces emblématiques extrêmement rares en captivité : le Coq de roche et un mammifère, la Roussette ou renard-volant !

ESCALE EN AFRIQUE

Nouveauté 2017 ! Ouverture en juillet !

Le nouveau site de près de 16 000m² sera entièrement dédié à l’Afrique et à l’île de Madagascar. Avec ses Grandes volières, ses cascades gigantesques, des activités ludiques pour les enfants et ses dimensions (plus de 2 hectares), ce projet est le plus ambitieux jamais conduit parc Parc tant en terme de collection (Serpentaire, Héron Goliath, Vautour, flamants, Calao, cigogne d’Abdim mais aussi lémurien et suricate !) que d’aménagement paysager.

ESCALE EN ASIE

Le continent asiatique est saupoudré par touches tout au long de votre visite : l’élégance altière des grues fait écho à la parure du canard mandarin… Mention spéciale à l’oie à tête barrée, dont la migration saisonnière survole deux fois par an les plus hauts sommets de l’Himalaya. Mais la fierté du Parc des Oiseaux est d’avoir réuni l’une des collections les plus étoffées dans les établissements zoologiques européens d’une famille aviaire rare et menacée au cœur des forêts d’Extrême-Orient : celles des calaos. D’aspect primitif, ces hôtes exhibent un bec en saillie souvent surmonté d’un casque creux dont on pense qu’il fait office de caisse de résonnance pour mieux diffuser le chant nuptial dans les jungles touffues du continent asiatique. Détail à ne pas manquer : les yeux de ces oiseaux sont bordés d’une rangée de cils singulièrement humains !

Gardez le contact avec nous !

Et suivez-nous sur les réseaux sociaux